Les calendes d'avril

Vous honorez la déesse selon le rite, mères et filles du Latium, ainsi que vous qui ne portez ni bandelettes ni robe longue (1). Ôtez les colliers d'or de son cou de marbre, ôtez-lui ses bijoux : la déesse tout entière doit être baignée. Remettez les colliers d'or, une fois que son cou est sec. C'est le moment de remplacer les fleurs, le moment de renouveler les roses. À vous aussi elle vous prescrit de vous baigner (2), couronnées de myrte vert ; apprenez la raison de cette prescription : elle est précise. Toute nue sur le rivage, elle séchait ses cheveux ruisselants ; un groupe effronté de satyres vit la déesse. Elle s'en aperçut et dissimula son corps derrière un écran de myrte. Ce faisant elle se mit à l'abri et elle vous prescrit de commémorer ce geste. [...]

Et n'hésitez pas à absorber une potion de pavot écrasé dans du lait blanc comme neige et du miel liquide fraîchement extrait des rayons. Quand Vénus fut menée pour la première fois à son fougueux mari, elle prit ce breuvage ; à partir de ce moment, elle a été son épouse.

Gagnez sa faveur par vos invocations ; sous ses auspices, vous conservez beauté, moralité et bonne réputation. Au temps de nos ancêtres, Rome vit se relâcher sa pudeur. Vous, les anciens, vous avez consulté la vieille Sibylle de Cumes. Elle prescrit de construire un temple (3) à Vénus. Cette construction dûment faite, Vénus porte depuis lors un nom tiré du changement des coeurs. Ô toute belle, jette toujours un regard bienveillant sur tes Énéades et veille, ô déesse, sur tant de générations de tes filles !

(1) Par opposition aux matrones qui portent les uittæ et la stola garnie de l'insita (volant), les courtisanes sont astreintes au port de la tunique courte, recouverte d'une toge de type masculin.

(2) Les stolatæ ou honestiores prenaient ce bain rituel dans la partie des thermes réservée aux femmes ; en revanche, les togatæ ou humiliores prenaient ce bain dans les thermes réservés aux hommes.

(3) Ce temple à Vénus Verticordia, dont Ovide donne ici une définition exacte, fut fondé en 114 av. J.-C.

Ovide, Fastes, IV, v.133 sqq.



Vénus