De l'art de draper sa toge...


Hortensius (très grand orateur, contemporain de Cicéron) [...] plaçait toute son élégance dans la manière de ceindre sa toge. Hortensius était très soigneux dans la manière de s'habiller et, pour se déplacer avec une toge bien ajustée, il étudiait son apparence devant un miroir : en se regardant, il ajustait sa toge de sorte que les plis ne se forment pas au hasard mais selon une disposition étudiée, au moyen d'un entrelacement savant, et que le pan de la toge retombe harmonieusement en soulignant le contour du buste. Un jour qu'il se déplaçait en affichant sa mise sophistiquée, il assigna en justice un collègue pour demander réparation parce que celui-ci, le croisant dans un passage étroit, l'avait heurté sans le faire exprès et avait détruit l'arrangement de sa toge ; c'était pour lui une faute capitale d'avoir déplacé un pli de sa toge sur son épaule.

Macrobe, Saturnales, III, 13, 4.


Le vêtement masculin