Des tissus de toutes les couleurs...


Que dirai-je du vêtement ? Et par là je n'entends ni la passementerie d'or, ni toi, laine, rougie dans la pourpre de Tyr. Alors qu'on trouve tant de couleurs d'un prix moins élevé, quelle folie de porter sur soi toute sa fortune ! Voici la couleur de l'air, lorsque l'air est sans nuages et que le tiède vent d'ouest n'amène pas la pluie. [...] Celle-ci imite l'eau de mer et c'est l'eau de mer qui lui a donné son nom ; je croirais volontiers que c'est la robe des Nymphes. Celle-là reproduit le safran (c'est de safran que se couvre la déesse qui répand la rosée, lorsqu'elle attelle ses chevaux), une autre les myrtes de Paphos, une troisième l'améthyste violette ou les roses pâlissantes. [...] Autant la terre à son renouveau produit de fleurs, lorsque la tiédeur du printemps fait sortir les bourgeons de la vigne et chasse l'hiver qui engourdit tout, autant de teintes, ou plus encore, dont s'imprègne la laine. [...] Toutes ne conviennent pas à toutes les femmes. Le noir va bien à un teint éclatant de blancheur ; à Briséis, le noir allait bien et, lorsqu'elle fut enlevée, c'est justement de noir qu'elle était vêtue. Le blanc va bien aux brunes : une robe blanche te rendait plus séduisante, fille de Céphée (= Andromède), et telle était la couleur de tes vêtements lorsque tu descendis dans l'île de Séripho.

Ovide, L'art d'aimer, III, v. 169-192.


Le vêtement féminin