Un pont de bateaux sur l'Hellespont



On travaillait à construire le pont sur l'Hellespont, afin de passer d'Asie en Europe. [...] Ceux que le Roi avait chargés de ces ponts les commencèrent du côté d'Abydos et les continuèrent jusqu'à la côte, les Phéniciens en attachant des vaisseaux avec des cordages de lin et les Égyptiens en se servant pour le même objet de cordages d'écorce de byblos (=le papyrus). Or, depuis Abydos jusqu'à la côte opposée, il y a un trajet de sept stades (= environ 1260 mètres). Ces ponts achevés, il s'éleva une affreuse tempête qui rompit les cordages et brisa les bateaux.

(On recommence autrement)

Ils attachèrent ensemble trois cent soixante vaisseaux de cinquante rames et des trirèmes et, de l'autre côté, trois cent quatorze. Les uns présentaient le flanc au Pont-Euxin et les autres, du côté de l'Hellespont, répondaient au courant de l'eau. [...] Les vaisseaux ainsi disposés, ils jetèrent de grosses ancres. [...] Le pont achevé, on scia de grosses pièces de bois suivant la largeur du pont et on les plaça l'un à côté de l'autre dessus les câbles bien tendus. On les joignit ensuite ensemble et, lorsque cela fut fait, on posa dessus des planches bien jointes les unes avec les autres, et puis on les couvrit de terre qu'on aplanit.

HÉRODOTE, Histoires, VII, 34-36 (trad. Larcher, Charpentier éd.)


les voyages par voie de terre