Un empereur itinérant

Sur vingt ans de pouvoir, j'en ai passé douze sans domicile fixe. J'occupais à tour de rôle les palais des marchands d'Asie, les sages maisons grecques, les belles villas munies de bains et de calorifères des résidents romains de la Gaule, les huttes ou les fermes.[...]

Quelques hommes avant moi avaient parcouru la terre : Pythagore, Platon, une douzaine des sages, et bon nombre d'aventuriers. Pour la première fois, le voyageur était en même temps le maître, pleinement libre de voir, de réformer de créer. C'était ma chance. [...] Il faut faire ici un aveu que je n'ai fait à personne : je n'ai jamais eu le sentiment d'appartenir complètement à aucun lieu, pas même à mon Athènes bien-aimée, pas même à Rome. Étranger partout, je ne me sentais particulièrement isolé nulle part. J'exerçais en cours de route les différentes professions dont se compose le métier d'empereur : j'endossais la vie militaire comme un vêtement devenu commode à force d'avoir été porté. Je me remettais sans peine à parler le langage des camps, ce latin déformé par la pression des langues barbares, semé de jurons rituels et de plaisanteries faciles ; je me réhabituais à l'encombrant équipement des jours de man_uvres, à ce changement d'équilibre que produit dans tout le corps la présence au bras gauche du lourd bouclier.[...]

Les artisans que j'emmenais dans mes tournées me causèrent peu de soucis : leur goût du voyage égalait le mien. Mais j'eus des difficultés avec les hommes de lettres. [...] Le poète Florus, à qui j'offrais un secrétariat en langue latine, s'écria partout qu'il n'aurait pas voulu être César et avoir à supporter les froids scythes et les pluies bretonnes. Les longues randonnées à pied ne lui disaient rien non plus.

M. Yourcenar, Mémoires d'Hadrien



Voyages officiels