La Sicile : un pays béni !

La Sicile n'a pas été seulement pour nous le magasin aux vivres, mais bien le trésor des ancêtres, ce trésor d'autrefois, qui était si bien rempli ; car, sans aucune dépense de notre côté, par ses fournitures de cuirs, de tuniques, de froment, elle a vêtu, elle a nourri, elle a équipé nos armées, qui étaient très grandes. [...]

Grâce à la Sicile, nous avons de nombreux concitoyens qui se sont enrichis, parce qu'ils trouvent en elle une province proche, fidèle, productive, où ils passent facilement, où ils font volontiers le négoce ; elle renvoie les uns fournis de marchandises avec gain et profit ; elle retient les autres, si bien qu'ils se plaisent à affermer les terres arables et les pâturages publics, à faire le commerce, enfin à établir sur son territoire leur résidence et leur domicile ; ce n'est pas un médiocre avantage pour la République qu'un si grand nombre de citoyens soient retenus si près de leur patrie par des situations aussi avantageuses et aussi productives.

Cicéron, Verrines, II, 2, 5-6



Voyages professionnels