Une traversée difficile

C'est une affaire que de naviguer, même en juillet ! Je suis venu d'Athènes à Délos en six jours. Le 6, départ du Pirée pour Zoster par vent gênant, qui nous a retenu là le 7. Le 8 nous avons gagné Céos dans des conditions agréables. De là à Gyaros par grand vent, mais non contraire ; puis à Syros, puis à Délos, terme du voyage, chaque fois plus vite que nous ne l'aurions voulu. Et puis tu connais les aphracta rhodiens (vaisseaux non pontés) : il n'y a rien qui tienne plus mal la mer. Aussi ai-je l'intention de ne rien précipiter, et de ne pas bouger de Délos tant que je n'aurai pas vu le promontoire de Gyrae (situé non loin de Délos, à Ténos) entièrement clair.

Cicéron, ad Atticum, V, 12



voyages par mer